Après les accusations de Neymar contre Alavaro la commission de discipline de la Ligue ouvre une enquête.


17 septembre 2020

Une chose est sûre, ça fait bien longtemps qu’on n’a pas eu un après classico aussi mouvementé. Mais c’est bien la seule certitude qu’on ait.

Hier la commission de discipline de la ligue de football professionnel (LFP) a annoncé ses premières sanctions suite aux altercations qui ont rythmé le choc de la troisième journée de Ligue 1 PSG-OM. Mais elle n’a pas encore annoncé si elle allait sanctionner Alvaro suite aux accusations de racisme de Neymar. Pour Sébastien Deneux, président de la commission disciplinaire « les certitudes ne sont pas suffisantes pour convoquer les joueurs ». En conséquence la LFP a annoncé hier soir qu’elle ouvrait une enquête.

De son côté l’entraineur Olympien André Villas-Boas a tenu à prendre la défense de son joueur « ce dont on est sûrs c’est qu’Alvaro n’est pas raciste, et que l’OM représente précisément la multiracialité. Il est la représentation de différents pays dans le monde entier et de différentes personnes. On va tous aider pour chercher la vérité. »

Alors que le diffuseur n’a toujours pas trouvé de preuve pouvant confirmer les faits allégués par Neymar, le média espagnol Gol affirme que la star brésilienne aurait eu des propos homophobes envers Alavaro.
Mais l’affaire dépasse largement le simple microcosme du Football. En effet de nombreuses associations antiracistes demandent que cette affaire soit prise très au sérieux. Mardi Noël le Graët, président de la Fédération Française de Football, déclarait que « le phénomène raciste dans le sport et dans le foot en particulier, n’existe pas, ou peu ». Des propos qui ont scandalisé Dominique Soypo président de Sos Racisme. En réponse l’organisation anti raciste accompagnée de quelques membres de l’Union des étudiants juifs de France a organisé une manifestation devant les locaux de la FFF où les militants brandissaient une banderole où on pouvait lire « Racisme, sexisme, homophobie : c’est un peu Noël tous les jours ».

Aujourd’hui c’est la Licra qui met pression sur les instances disciplinaires, en réclamant sur sa page twitter que « Toute la lumière doit être faite sur les propos racistes dont Neymar se dit victime. »

Jérémy Chicheportiche 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article